En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

En savoir plus
Formations

Rencontre avec un passionné du digital : Vincent Mayol !

14 janvier 2019
Les étudiants du MS® SMED ont eu la chance de pouvoir interviewer Vincent Mayol, Directeur du design UX chez Novencia Group !
  • Bonjour,pouvez vous vous présenter rapidement ?

Je suis Vincent Mayol, vieux jeune père depuis peu et responsable d’une équipe de designers chez Novencia.

  • Quelle est votre musique du moment ?

Range Life de Pavement, le problème c’est que ça fait 20 ans que je l’écoute en boucle.
J’aurai aussi pu évoquer Common People de Pulp qui parle de tourisme social, la face sombre de la recherche utilisateur que l’on pratique en UXJ

Si vous voulez creuser cette question, vous pouvez consulter la playlist Spotify des UX de Marcel 

  • Quel est votre film du moment ?

La fille du 14 Juillet d’Antonin Peretjatko, la rencontre entre les comédies populaires et cheap des années 80 (Max Pecas et la série des Sous-Doués) et la nouvelle vague, avec un point de départ social assez contemporain : A cause de la crise, le gouvernement décide de remettre la France au travail en avançant la rentrée début août

  • Expresso ou allongé ? :

Allongé le matin, expresso le midi et tisane le soir

  • Pc ou mac ? :

Mac, désormais plus par habitude que par choix.

  • Biere ou wisky ? :

Bière, le whisky me rend littéralement fou.

  • Design ou création ? :

Je déteste le mot design, donc on ira plutôt sur « Créativité », comme capacité à s’adapter à un complexe qui change en permanence.

  • Tablette ou smartphone ? :

Plutôt Smartphone, je n’ai pas trop d’abdos…

  • Donald Norman ou Jakob Nielsen ? :

Jakob et sa capacité à se mettre en scène, ça nous a déjà sauvé plus d’une présentation de l’ennui, rappelez-vous le cours de mardi !

  • Nantes ou Paris ? :

Breizh Power!

  • Cours ou conférence ? :

Cours, particulièrement avec les étudiants d’Audencia.

  • Une question un peu plus ludique, si pas trop indiscrète, une anecdote drôle sur vos années en tant qu’étudiant ? :

C’était il y a longtemps ! 

J’ai passé un an à Valencienne, à l’époque j’habitais à Rennes et j’ai vécu un miracle de Noël.

En effet, mon Opel Astra n’a pas trouvé mieux que de refuser de démarrer la veille de Noel, j’étais donc bloqué à Valencienne avec la douce perspective de célébrer le 24/12 seul, loin de chez moi dans une chambre de 9m2.

Et comme dans un joli compte de Noel diffusé sur M6, après avoir essayé de démarrer toute la journée ma vieille bagnole, avec l’aide d’un mécanicien du coin et au moment où on allait lâcher l’affaire… Alléluia ! Le doux son du moteur diesel rugit et je suis enfin en mesure de traverser la moitié de la France pour retourner à Rennes passer Noël avec mes proches.

 

  • Vous pouvez nous parler rapidement de notre votre parcours scolaire et ce qui vous a amené à votre poste de directeur du Design chez Novencia ?

 

J’ai suivi un parcours un peu atypique. Fac d’histoire jusqu’à l’Agreg (que je n’ai pas eu) puis un DESS dans le domaine du Digital, un début de carrière comme chef de projet fonctionnel, un passage chez Duke ou j’ai la chance de passer UX sous la houlette bienveillante de Sylvie Daumal. Je monte ensuite mon premier pôle UX chez Marcel ou on développe un point de vue assez intéressant sur le lien entre l’UX et le planning stratégique. De là je rejoins un univers beaucoup plus technologique pour monter une offre de Design au sein de Novencia.

  • Pouvez nous définir ce qu’est l’UX ? :

Une démarche qui a pour but de concevoir des choses utiles, efficaces et agréables.

Cela parait simple sur le papier, mais cela implique en vrai pas mal de savoir-faire, de culture et surtout d’être en mesure de travailler avec un grand nombre de profils différents. Honnêtement, il m’arrive de ne plus savoir ce que cela veut dire être UX Designer en 2018 tant le métier se spécialise, s’associe à d’autres skills (data notamment) et parfois se galvaude (je suis UX parce que je le déclare sur LinkedIn).
 

Pour moi une démarche UX c’est évidemment un contact avec les utilisateurs finaux via de la recherche et des tests. Une équipe projet et des parties-prenantes qui collaborent efficacement et se complètent pour atteindre des objectifs clairement exprimés dans un contexte qui favorise la créativité.  C’est un peu scolaire posé comme ça, mais n’hésitez pas à me contacter pour plus de détail.
 

  • Est-ce pour vous un métier d’avenir ? :

Oui, on aura de plus en plus besoin de concevoir des produits et des services en prenant en compte les utilisateurs et l’organisation émettrice.

Et non, il est possible que l’on soit amené à trouver des désignations un peu plus précises que UX designer pour décrire l’ensemble des compétences que l’on colle sous UX designer actuellement. Dans tous les cas le métier que l’on fait va continuer à évoluer et à prendre différentes formes assez chouettes.

 

  • Quelle est la différence entre le web et le mobile pour l’UX ? :

Le mobile nous force à nous concentrer sur l’essentiel, ce qui est une bonne chose.

 

  • Au sein de Novencia avec qui travaillez-vous ? :

Essentiellement avec des clients, des PO (Product Owner), des Data Analysts, des dev (développeurs), des coachs agiles et des créas (créatifs)

 

  • Qu’est-ce qui vous a amené à intervenir à Audencia pour le master ? :

La joie de transmettre bien évidemment !

 

  • Quel a été le secteur d’activité/projet UX sur lequel vous avez préféré travailler ?

Globalement je suis plutôt attaché aux gens avec lesquels je travaille plutôt qu’aux sujets à proprement parler. Mes deux projets préférés récents sont liés au domaine bancaire et ont été poussés car l’équipe projet et commerciale avait très bien intégré les démarches de design, pour moi c’est la clé du succès.

Le premier c’est le coût de l’expat : un petit service hyper simple qui permet aux expatriés de comparer le prix de la vie dans différentes villes.
Ce qu’on a aimé sur ce projet, c’est que le brief était très fermé à l’origine (et pas très intéressant). La recherche utilisateur a vraiment servi à définir une problématique et à nous accompagner dans la démarche de conception pour au final rendre un service réel à nos utilisateurs.

Le deuxième est un petit projet que l’on n’a pas réussi à pousser en définitive dans les roadmaps de développement de notre client (tant pis). En attendant, je reste convaincu de son potentiel, notamment parce qu’on l’a prototypé (de bric et de broc) et fait tester par un panel durant un mois. C’est peut-être un échec, mais la démarche était sacrément cool.

 

  • Qu’est-ce que vous suivez pour être au courant des dernières tendances digitales ? :

Les basiques (entre autres) : UX booth, Smashing Magazine, UXBooth, alistapart, uxcollective…En écrivant ces lignes je me rends compte que notre consommation de site de veille et de références métier a énormément évolué récemment, j’ai comme l’impression que la très grande majorité de notre veille passe maintenant par LinkedIn, Twitter et de plus en plus Slack. Je crois que je viens de découvrir le potentiel des réseaux sociaux et par la même occasion d’enfoncer une jolie porte ouverte, non ?

 

  • Est-ce que vous recrutez des stagiaires ? :

Oui, mais pas n’importe lesquels !

 

Interview recueilli par Aymeric et Maxime de la promotion SMED

Pour en savoir plus sur notre formation, cliquez ICI


Vous aimerez aussi

Catégories
Formations Entreprises